L'adoption en ColombiePrésentation APAECActualité des délégations régionalesActions APAECA découvrir...

 
Actions APAEC
Publié le 03-07-2013

Fondation Formando Futuros


Source : www.apaec.org  ( tous droits réservés )


 Options :  

Fundación formació d´futuros, Santiago de Cali (Valle del Cauca)

 SiteInternet  : www.fffcali.org

Calle 9 No. 27 – 37 , Santiago de Cali

 Fonctionnement et histoire de la structure

 Que deviennent les enfants placés sousprotection de l’ICBF après leur majorité ? Comment peut-on faire face auquotidien quand on a vécu toute sa vie ou presque enfermé dans une institutionqui certes, nous a protégé des dangers de la rue, mais qui nous a donnél’habitude de ne jamais prendre de décision, de suivre un mouvement, unrèglement où tout est toujours décidé pour nous et où nous ignorons tout oupresque de l’extérieur ?

Ce sont cesquestions et d’autres que Tania Manuel, anglaise, s’est posée alors qu’elletravaillait en Colombie. Bénévole à El Calvario, un quartier très pauvre deCali, elle a vu des jeunes de 18 ans se retrouver livrés à eux-mêmes, sanssavoir quoi faire, totalement démunis face à la vie quotidienne pour des chosesqui paraissent évidentes pour tous ceux qui ont grandi dans une famille, quellequ’elle soit. Certaines filles se prostituaient et des garçons intégraient despandillas (bandes de délinquants)

C’est ainsi qu’elle a fondé le 23 avril 2003la fondation Formando Futuros. La seule institution de la région proposant cetype d’aide aux jeunes sortant du système de protection de l’ICBF, comme un sasde préparation vers le monde.

 

Activités et objectifs : la Fundación Formación d´ Futuros (FFF) estune association sans but lucratif qui aide des jeunes qui ont été sousprotection de l’ICBF sans famille connue ou sans lien avec leur famille, quin’ont pas eu la chance d’être adoptés, et qui veut les aider au moment deprendre leur envol, quand ils quittent les structures de l’ICBF et seretrouvent seuls, sans aide à l’extérieur. Il s’agit aussi de préparer lesjeunes avant leur sortie du système de protection, en leur proposant desateliers, des formations, alors qu’ils sont encore en institution. C’est ainsique FFF a travaillé avec des enfants de 35 institutions de protection del’enfance.

A noter que le ANSPE, l’Agence nationalepour le surpassement de la pauvreté extrême, agence colombienne étatique, aadressé le 28 janvier dernier une lettre à la directrice de FFF pour luisignifier que cette association avait été sélectionnée en raison de son travailpour figurer dans un catalogue de sélections d’initiatives dans ce domaine enColombie (une reconnaissance donc).

 Bénéficiaires :

Deux populations sont donc aidées :

-         des mineurs sous protection del’état, et en foyer de l’ICBF,

-         des jeunes qui sortent dusystème de protection de l’état à cause de leur âge (jeunes majeurs)

Au totaldans le département du Valle del Cauca, en 2011, il y avait 4 642 jeunes entre12 et 18 ans sous protection de l’Etat. Les jeunes majeurs aidés sont ceux quisortent de ce système de protection sans ressources économiques, sociale ouéducative de l’Etat et avec un profil qui limite leur possibilité d’intégrationsociale et économique car ils ont arrêté les études, ils doivent trouver unlogement, débuter un vie professionnelle et abandonner les amis avec qui ilsétaient dans l’institution, leur seul réseau social. Ils passent dans la vieadulte sans transition. Dans le département du Valle del Cauca, a 2011, 804 jeunesétaient en cours de sortie de ce système à l’arrivée à leur majorité en 2011.

En 2010, 130enfants et jeunes ont profité des services de la fondation

En 2011, 700enfants et jeunes

En2012, 120 à 130 enfantsviennent chaque mois à la fondation, 8 bénéficient de la maison où ils viventpour apprendre l’autonomie.

Ressourcesfinancières :

Les fondsviennent à 45% de Children of the Andes (organisation anglaise) et à 55% dedonateurs et fonds récoltés en Colombie à travers l’organisation d’événements,de bingo, de loteries, de brocantes etc. Children of the Andes a assuré lafondation de son aide jusqu’en 2014, à charge pour eux de trouver d’autressources et de devenir autonomes.

Des étudiants del’université autonome travaillent pour rechercher ces fonds.

 Ressources humaines :

Quatre personnessont salariés et d’autres sont bénévoles.

Maria de los Angeles Gonzales : projet Point de référence(en2012, j’avais rencontré Natalia Perez) 

ConieAbril : Projet de vie (c’est une ex bénéficiaire de la fondation, elle agrandi dans des foyers de l’ICBF)

Maria Isabel : administration

Carolina Escobar : directrice

 Activités et objectifs :

 

  1.       Le projet de vie

  Il concerne les jeunes de 18 ans qui sortentdu système de protection de l’ICBF, étaient en situation d’adoptabilité maisn’ont pas été adoptés, et n’ont personne (pas de famille) pouvant les aider, àleur sortie du système de protection.

Cesderniers :

- ne sont pascapables de se diriger dans la ville où ils ont grandi (mais où ils ne sont pasréellement allés seuls) où une autre ville

- ont un niveauscolaire très bas, à 18 ans, certains savent tout juste lire et écrire

- ne savent pas fairedes choses de la vie quotidienne : cuisiner de façon basique, écrire unelettre, se présenter devant quelqu’un, certains ne savent même pas utiliser uncouteau et une fourchette (quand on mange dans certaines institutionsuniquement avec une cuillère)

- ont du mal àentrer en contact avec d’autres personnes car ont vécu en milieu fermé

- ne connaissentpas le système de sécurité sociale, ne savent pas où on doit aller pour faireune carte d’identité, des démarches administratives

 La fondationdispose d’un logement pour 8 personnes, garçons et filles, qui restent làpendant 2 ans, le but étant pendant ces deux ans de leur apprendre à vivre àl’extérieur, à être indépendant, à prendre des décisions, à savoir se prendreen main.

Ils rencontrentla personne en charge de ce projet quotidiennement pour leur parler de leursdifficultés ou de leurs progrès.

  

 

Jeunes sortis du système de protection del’ICBF dans la maison sociale

Total 2012

 

Garçons

Filles

 

18 – 22 ans

4

4

8

TOTAL

4

4

8

 

 

Leurs pointscommuns :

 

·        Etre restés au mínimum 4 ansen milieu institutionnel ou chez une madre sustituta

·         Avoir été déclarés adoptables, en situationd’abandon ou sans connaissance d’aucun réseau d’aide familiale

·        Avoir un retard scolaire, nepas avoir pu finir la primaire ou le secondaire

·        Montrer une motivation pourapprendre ou renforcer des aptitudes pratiques pour la vie quotidienne, pourvivre avec d’autres jeunes, tenir la maison, assumer le ménage etc.

·        Etre motivés pour participer àce programme d’aide résidentielle, après avoir été mis au courant desobjectifs, responsabilités et dédication que cela suppose.

·        Manifestar interés de vincularse al programa deapoyo residencial, luego de conocer los objetivos, responsabilidades ycompromisos que debe asumir.

 

Par ailleurs, onleur apprend :

-       à communiquer avec des personnes qu’ils neconnaissent pas

-       à détecter leurs forces et leurs faiblesses

-       à rédiger un CV

-       à se présenter devant un possible employeur

-       à gérer de l’argent, comment fonctionne unbudget, ce qu’est un crédit

Ils suiventaussi :

-       une formation technique après avoir définileurs aptitudes et aspirations

-       des cours de cuisine

 

Jusqu’à 2011, lafondation disposait de deux logements pour 8 jeunes de 18 à 23 ans (un pour lesgarçons, un pour filles), et à cause d’une baisse de ressources, il n’y en aplus qu’un. Mais 80 jeunes sont déjà passés par ce processus et 95% travaillentaujourd’hui.

 

Ces jeunes sontsélectionnés avec un processus précis afin de détecter si ce type de programmepeut réellement leur être profitable car en effet, il y a bien plus de besoinsque d’offre, cette structure étant unique à proposer ce type de programme.

 

  2.Point de référence

La populationconcernée est constituée d’enfants de 7 ans à 18 ans, toujours en milieu deprotection de l’ICBF. Il leur est proposé des ateliers de cuisine, d’anglais,d’utilisation de l’internet, de salsa, de peinture, de prise de photos, cecipour améliorer leurs capacités à se lier avec d’autres personnes et les ouvrirsur le monde et d’autres horizons. On leur apprend aussi à se diriger dans laville.

Pour les plus de13 ans, il y a aussi des cours d’informatique (word, excell, power point), decommunication, de théâtre (voir programme de janvier ci-dessus).

   

Préparation à lasortie du système de protection

Ateliiersartistiques et manuels

Servicesbasiques
Point de Référence

TOTAL année 2012

(ateliers en prised”indépendance)

(orientation professionnelle-Internet – aide aux devoirs)

 

Masc.

Fem.

Masc.

Fem.

Masc.

Fem.

 

0 – 7 ans

-

1

-

1

--

-

2

8 – 10 ans

-

2

-

4

1

-

7

11 – 14 ans

4

17

8

10

9

7

55

15 – 18 ans

19

54

3

37

21

33

167

19 – 21 ans

6

8

2

1

17

19

53

22 ans et plus

4

4

-

-

9

5

22

TOTAL

33

86

13

53

57

64

306

 

 

  1. Point de départ

 

Le but esttoujours que le choc soit moins grand quand les jeunes sous protection sortentdu système à 18 ans et donc de les former, à travers des modules divers afinqu’ils sachent prendre des décisions et soient autonomes :

-       Habileté communicative è pour apprendre à s’exprimer sans violence

-       Analyse des compétences, CV

-       Corporel : prévention des maladiessexuellement transmissibles, planification etc.

-       Citoyenneté : connaître Cali, oùdemander un extrait de casier judiciaire, un certificat d’état civil etc.

-       Projets de vie : apprendre à définir etse fixer des objectifs à longs, moyens et courts termes et les moyens d’arriver

-       Cours d’informatique dispensés par unenseignant du Sena qui vient au sein des institutions de protection pour donnerces cours :

o   Mécanique au foyer Claret

o   Cuisine à la fondation Autonoma

o   Garde d’enfants

 

 4. Orientation et rémission

Cela consiste àfaire les dossiers nécessaires et orienter les familles :

-       d’enfants drogués

-       de jeunes qui ont eu à faire avec la justice

-       les enfants ceux déscolarisés

 

La fondation ades rapports avec certaines institutions, et oriente les enfants en fonction deleurs spécificités. Ceux ayant pris de la drogue sont orientés vers le HogarClaret, les enfants ayant un handicap sont orientés vers le hogar Emmanuel,ceux devant finir leurs études secondaires sont orientés vers lesétablissements Santa Librada et Confandi.

 Ressourceshumaines :

 Quatre personnes reçoivent un salaire actuellement : ladirectrice, l’assistante, la coordinatrice des projets de vie (orientation) etla coordinatrice de Point de référence.

 

Nom

fonction

Formation

CarolinaEscobar

Directrice

Assistantesociale

ConieAbril

Orientatrice

Institutriceen maternelle

Mariade los Angeles Gonzales

Point de référence

Diplômée pour enseigner en primaire

MariaIsabel Estella

Secrétaire- assistante

secrétariat

 

Deux bénévoles travaillent dans le cadre d’ateliers proposésaux enfants et trois dans le comité de direction de la structure

 

Nom

fonction

Formation

YhonEdward Angulo

President

Diplômé en protection et en administration

CarolinaAristizabal

Secrétairedu comité directeur

journaliste

JessicaParlanti

trésorier

Antropologue

AlinaKierek

Bénévole dans le cadre d’ateliers

Bachelier

KevinMacwhite

Bénévole dans le cadre d’ateliers

Licencede langues étrangères

 

 Ressourcesfinancières :


Source

pourcentage

Childrenof the Andes (organisation de Londres)

69%

Donateurs (Amis de FFF, Paraelfuturo –un canal de recherches de fonds en Autriche par un bénévole -, Dove Trust)

24%

Parrains(en Colombie)

3%

Donationsen espèces

2%

Evénements organisés par la fondation

2%

TOTAL

100%

 

 











Difficultés oucontexte :

Jusqu’en 2011, FFF a maintenu un appartement pour garçons et un autrepour filles dans le cadre du Projet de vie, mais à cause de la chute des donscette année-là depuis l’étranger, FFF n’a pu conserver qu’un seul appartement qui est devenu mixte. Ce programme aété financé par Niños de la ESPERAnza – mairie du Luxembourg, Vitol, Ashmore, àtravers le réseau Children of the Andes (COTA); cependant en 2011, certainsd’entre eux, frappés par la crise et la demande croissante, ont baissé leurapport.

En 2012, cette situation de baisse des ressources a continué et FFF aassumé la totalité du programme Projet de vie grâce aux donations de parrainslocaux, qui donnent un parrainage chaque mois.

FFF a cherché des méthodes de financement du projet de vie auprèsd’autres agences internationales comme l’ambassade d’Allemagne par exemple,auprès des Pays-Bas, mais les coûts leur paraissent élevés au regard du nombrede bénéficiaires (8).

Besoins actuels :

Formando de Futuros cherche à maintenir le programmeintitulé Projet de vie et qui consiste donc à accompagner de jeunes majeursayant grandi dans la protection de l’Etat, sortant brusquement de leurstructure, désarmés, sans ressources et peu de connaissance de l’extérieur. Ceprogramme est le cœur de la structure. Certes, il revient cher, puisqu’il estde type résidentiel.

Les besoins existent pour couvrir les frais de formationtechnique des jeunes afin qu’ils apprennent un métier, le paiement du loyer,les coûts de maintien des locaux qu’ils habitent (peintures, couvertures,vêtements etc.), des produits d’hygiène et l’alimentation de ces jeunes.

La location de la maison revient à 500 000 pesos /mois(environ 215 €/mois), et le programme Projet de vie pour ces 8 jeunes, à 3millions de pesos /mois (près de 1 300 €). Ils reçoivent une alimentationcomplète, les frais de santé non couverts par le système de sécurité socialedont ils bénéficient sont pris en charge, des aides pour trouver des stages enentreprises ou des formations, une bourse d’études si cela est nécessaire, lesfrais pour réaliser les papiers administratifs (carte d’identité ou autres)sont pris en charge, le transport pour se rendre à une formation aussi. L’idéeest que, petit à petit, ils apprennent à faire de plus en plus de choses etparticipent financièrement quand ils commencent à gagner quelque chose, car lebut est de prendre son envol.

Une personne vient dormir dans la maison chaque nuit pourqu’ils puissent avoir un recours en cas de besoin urgent.

Connie, jamais adoptée (sûrement car elle est née avec unegrave malformation à un bras) a bénéficié de ce programme dans la maison, puiss’est formée en éducation maternelle et est maintenant orientatrice pour cesjeunes. Elle fait le point avec eux chaque semaine et passe chaque jour pourmaintenir le contact. Elle a tourné dans une vidéo qui présente cettestructure.

Le séjour dans cette maison ne doit pas excéder 2 ans. Ilest à noter que depuis peu, les institutions semblent plus prendre en compte lasortie des jeunes sous protection à leurs 18 ans et les préparent, ce qui faitque certains jeunes ont pu partir de la maison après seulement 18 mois car ilsétaient prêts à le faire.

En projet :

Maintenir les deux programmes Projets de vie et Point deréférence de façon permanente, comme c’est le cas actuellement.

 Demande de financement formuléedevant l’Apaec :

 Arranger un peu lamaison où sont accueillis les jeunes et aider à la dotation pour permettre auprogramme de fonctionner. En effet, certains jeunesviennent d’institutions mieux dotées, et quand ils arrivent dans cette maisonmodeste, ils dépriment un peu au départ. D’autre part, FFF a du mal à bouclerson budget 2013 et a besoin d’aide pour ce qui suit :

 Peintureintérieur (dont chambres) de la maison qui accueille les enfants

Matériel

Unité

quantité

 Coûtunitaire 

 Coût(pesos)

 

enduit

kilos

20

       12.000  

                  240.000  

 

Cimentblanc

kilos

5

        5.000

                    25.000  

 

Acronal

Galon

3

        7.000

                    21.000  

 

Imperméabilisant

1 kl

30

        9.200 

                  276.000  

 

Dissolvant

Galon

1

       18.500 

                    18.500  

 

Papierde verre

Paquet

8

        2.000

                    16.000  

 

Kitde brosses, rouleaux, spatules

unité

5

        8.000

                    40.000  

 

Truelleà enduit

und

3

       12.000 

                    36.000  

 

Peinturelavable

pot

7

   108.000 

                  756.000  

 

Sous-total

 

 

 

 1 428.500 pesos
 621 €

 

 Dotation maison et jeunes

 

Bombesanitaire

Unité

2

       40.000

                    80.000  

 

Rideaude bain

Unité

2

       10.900

                    21.800  

 

Jeude couvertures

Unité

2

        4.900

                     9.800  

 

Litssuperposés

Unité

2

     350.000 

                  700.000  

 

Robotmixer

Unité

1

       55.000

                    55.000  

 

Passoire

Unité

1

        5.000 

                     5.000  

 

Kitde dotation: draps, couverture, serviettes

Unité

8

       35.000

                  280.000  

 

Kit d’hygiène(savon, dentifrice, désodorant, brosses à dent, serviettes hygiéniques,brosse à cheveux)

Unité

8

       60.000

                  480.000  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous-total

 

 

 

     1.631.600 pesos    

      710 €

 

 

TOTAL

 

 

 

 3.060.100 pesos  1330 €

La peinture sera faite par deux jeunes sortis du programmed’hébergement et qui travaillent dans ce domaine. Ils feront les travauxbénévolement, avec les jeunes actuellement dans la maison.

 

Plusieurs pointsforts dans cette structure :

èCela répondà un vrai besoin. Les enfants ayant grandi en institution ignorent parfois deschoses extrêmement simples et ne sont pas armés pour être livrés à eux-mêmes.

èL’orientatriceest une ancienne bénéficiaire, elle sait de quoi il est question car elle a étéun de ces jeunes.

èPourbénéficier de ce programme, il faut montrer une certaine motivation. Il y abeaucoup de jeunes désireux d’en faire partie et peu d’élus, malheureusementpour une raison de coût. Mais la conséquence est que ceux qui en bénéficientont toutes les chances d’en profiter réellement ;

èQuand ilspartent de la maison, les jeunes font l’objet d’un suivi à distance et sont informésqu’ils peuvent toujours revenir chercher des informations, poser des questions,comme si ce lieu était toujours un point de référence pour eux


Guylaine PEREZ, vice présidente APAEC en charge des projets humanitaires 

Juillet 2013

 

 Options :