L'adoption en ColombiePrésentation APAECActualité des délégations régionalesActions APAECA découvrir...

 
Actions APAEC
Publié le 26-08-2015

Fondation Niño del Quemado (l’enfant brûlé)


Source : www.apaec.org  ( tous droits réservés )


 Options :  

En Colombie il y a beaucoup d’enfants brûlés, en raison de la pauvreté du milieu dans lequel ils vivent. En effet ils cuisinent sur des brazeros et se chauffent à des feux auxquels les enfant se brûlent . A Bogota, il fait très froid dès que le soleil se couche en raison de l’altitude sinon dans la journée il fait bon. Il n’y a pas de saisons comme chez nous mais on passe par toutes les saisons dans la journée : il fait soleil, il pleut, il fait froid, il fait gris, si bien qu’on passe son temps à changer de vêtements.

 

Ils aiment faire des fêtes et font éclater des pétards ...des feux d’artifices ... avec tous les accidents que cela engendre.

 

En Colombie avant Noël, il y a des campagnes de prévention par rapport aux risques encourus avec les feux d’artifice, les pétards... afin de responsabiliser les familles par rapport aux enfants....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’Apaec parraine la rééducation d’un enfant, nommé Deicler pour un montant de 1000 € par an : ceci couvre les opérations secondaires telles que les greffes de peau, la rééducation, la psychothérapie individuelle et familiale ... 

 

 

L'histoire de Deicler :  âgé de 4 ans a été brûlé au visage et sur tout le corps lors de l’incendie survenu par la chute d’une bougie qui a enflammé son matelas en mousse.

Son père et lui sont arrivés à Bogota de la région Norte de Santander après une demi-heure de marche et 18 heures d’autobus.

On leur a dit qu’on allait amputer la main de l’enfant mais grâce à l’habileté de l’équipe de chirurgiens bénévoles de la Fondation sa main a été sauvée et a retrouvé sa capacité d’articulation. 

Actuellement on doit lui faire des greffes de peau artificielle et sa rééducation durera jusqu’à l’âge adulte.

 

Photos : Marie-Christine Lanchantin

 

 Options :  

 

Commentaires Je réagis >>